Caroline assassine - Sophie JABES

Publié le par Amy

Caroline assassine" Caroline a sept ans. Son unique passion, la lecture, est un refuge à l'enfer familial.

Mais le jour où sa mère jette Les Misérables dans les toilettes, tout bascule. Caroline se sent investie d'une mission qu'elle seule a la force et le courage de mener à son terme : pour sauver tous les enfants du monde de l'injustice, il lui faut tuer sa mère. "

J'ai acheté ce livre lors du dernier salon du livre de Paris, sur la seule lecture de la quatrième de couverture, puisque je ne connaissais pas l'auteur. Le résumé me plaisait, dans le sens où l'héroïne était présentée comme une passionnée de lecture alors qu'elle n'a que sept ans. Vous l'aurez compris, je commençais à m'identifier à Caroline. Bon, sauf à la fin du résumé où il lui vient des envies de meurtre à l'encontre de sa mère.

Au début, j'ai vraiment accroché à l'histoire. Peut-être parce que, tout comme l'héroïne, j'ai été victime de beaucoup de brimades quand j'étais à l'école primaire et au collège, à cause de ma passion pour les livres. Jamais de la part de mes parents, mais d'autres membres de la famille n'hésitaient pas, eux, à me faire remarquer que j'étais différente. Bref, plus l'histoire avançait et plus le sordide s'installait. Et puis est venu l'instant où j'ai complètement décroché, à la fin du roman. Les dernières pages étaient sûrement métaphoriques, mais trop pour moi, car je n'ai pas su apprécier le dénouement. C'est difficile à admettre, surtout quand on sait que l'auteur a reçu un prix pour son livre, et que le Nouvel Observateur l'a apparemment beaucoup aimé, au point que l'éditeur publie un extrait d'une critique issue de cet hebdomadaire sur la quatrième de couverture.

Tant pis pour moi, je ne sais pas si je réitérerai l'expérience Sophie Jabès. En route vers de nouvelles aventures livresques...

L'avis de Clarabel, ici

Publié dans Critique d'oeuvre

Commenter cet article