Hello Charles, how you doin' ?

Publié le par Amy

Lors du dernier épisode londonien, je vous avais laissé au bord d'un supens insoutenable : quel était le problème avec mon fish and chips ? Certains d'entre vous ont émis des hypothèses dans les commentaires, mais personne n'a trouvé.

 

Oh my God !!! Dans l'assiette portant un énorme fish et quelques chips, il y avait une écuelle de sauce tartare (il me semble, je n'aime pas saucer, donc je n'ai pas goûté), et... de mignons petits pois fluorescents ! Je ne savais pas qu'il était traditionnel de servir le fish and chips avec des petits pois. Car le petit pois britton n'est pas du tout comme son cousin français : il est gros, fluorescent donc, et à peine cuit. Il craque sous la dent. Remarquez, on a bien le goût en bouche, de cette façon.

La surprise passée, je me suis encore fait un pote, là dans ce pub du centre de Londres. Un pote cravaté, qui semblait boire une pinte en attendant quelqu'un. Mais voilà, la perfide Albion porte bien son nom, puisque tout comme en France, il est interdit de fumer dans les bars et restaurants, et mon voisin de table m'a demandé de garder un oeil sur ses affaires pendant qu'il allait en griller une. Ce qui fut pour moi l'occasion de lui servir mon plus beau sourire et de prendre un air compatissant, alors qu'en fait, j'étais bien contente qu'il ne puisse assouvir son vice dans mes narines et dans mes poumons d'asthmatique, surtout. C'est un fait, une réelle complicité s'était établie entre nous. Bon, il a eu le temps de boire une deuxième pinte, et il attendait toujours son mystérieux rendez-vous quand je suis partie. Je n'ai pas pu aller au bout du fish, encore moins des chips, et ne parlons pas des petits pois... Au fur et à mesure que je les ingurgitais, je les voyais se balader, illuminant mon tube digestif pendant son parcours...

 

L'après-midi, je me suis dirigée vers les quartiers commerçants, Piccadilly Circus, Regent Street, Carnaby Street, Oxford Street... J'ai visité un magasin de jouets sur cinq étages, juste pour le plaisir des yeux, j'ai savouré le calme d'une librairie Waterstone, qui, comme tous les commerces de Londres, proposait un joyeux slogant "le 3ème offert pour 2 achetés". En France, c'est tout simplement impossible, à cause du prix unique du livre, mais en Angleterre, vous pouvez avoir trois livres pour deux payés comme vous pouvez avoir trois paquets de biscuits au chocolat pour deux payés. C'est assez étonnant quand on vient avec un regard français, mais les lecteurs anglais doivent se régaler. Je précise que je n'ai rien acheté, au cas où ce ne serait pas évident pour tout le monde !

 

Je me suis levée avec un brin de nostalgie le lendemain samedi, consciente qu'il ne me restait plus qu'une journée pour profiter de la capitale britannique. Au programme de la journée : une visite de courtoisie chez M. Dickens, un bonjour aux collègues de la British Library et un détour par Camden Town. Que je croyais en tout cas.

Dès le début, ça n'a pas marché comme prévu. Il m'a fallu grimper 176 marches pour sortir de la station Russell Square parce que les trois ascenceurs étaient en panne. Ca met en condition physique de bon matin... Surtout qu'ensuite, je me suis souvenue que lors des attentats de 2005, une bombe avait explosée dans cette station. Hum hum... Après avoir failli cracher mes poumons, je suis arrivée chez M. Dickens. C'est très solennel comme entrée, car il faut sonner pour qu'on vous ouvre, comme si vous alliez vraiment rendre visite à quelqu'un. L'endroit est charmant, le billet d'entrée un peu cher par rapport à ce qu'il y a à voir, mais je me suis bien imprégnée des lieux et je peux dire que j'ai partagé l'intimité du grand Charles, puisque j'ai vu la pièce dans laquelle les femmes de chambre lavaient son linge... La jeune femme qui s'occupait de la caisse a failli m'embrasser parce que je lui donnais la somme juste pour régler mes achats à la boutique souvenirs, mais à part ça, rien à signaler. Ah si, on peut se restaurer chez Dickens. Oui, j'ai bu un café au lait chez lui. Parfaitement.

Ensuite, j'ai rejoint à pied la British Library. Je ne savais pas si je pourrais entrer, mais qui ne tente rien n'a rien. N'écoutant que mon courage, j'ai poussé les portes du hall et là...

 

Oui, je sais, vous en avez assez de mes interruptions de récit artificielles, mais je suis fatiguée, je vais aller me coucher. Et avant de m'étendre pour un repos bien mérité, il faut encore que je fasse la vaisselle. Que je fasse rentrer mon chat. Que je me brosse les dents. Que je... Ne me remerciez pas pour les détails, ma vie est tellement passionnante...

 

Bonne nuit les amis !

Publié dans Blablabla

Commenter cet article

Lennon 24/07/2012 19:15


MAPAMUNDI de Christophe Paul (630p.) version française.


Sur la plateforme Amazon kindle, à un prix promotionnel de lancement de
3€.


              


« Une oeuvre légère, conçue pour distraire nos soirées, plongés dans cette aventure au
rythme effréné qui passionne jusqu’au bout, avec son épilogue insolite. » Silvia Gómez.


C’est un roman de divertissement, sans aucune prétention « ...difficile à cataloguer, entre
thriller policier et aventure à l’Indiana Jones actualisée à nos jours. Mais cette fois-ci c’est deux jeunes femmes qui mènent le rythme effréné de l’action... » Claudia
Reberte


Mapamundi est construit comme un film. C’est un thriller d’action rapide et distrayant, qui n’a
d’autre mission que de vous faire passer un moment agréable, voyager et rêver.


Pour en savoir plus : http://www.amazon.fr/dp/B008CTJTZS ou http://www.amazon.com/dp/B008CTJTZS


                              
         


Voici quelques liens concernant le livre :


                                  


BookTrailer en Français : http://youtu.be/SoANK3Vf9gw


Site officiel du livre en français : http://www.mapamundi-lelivre.com


Sur facebook : http://www.facebook.com/MAPAMUNDIlanovela


                                    


Mapamundi en Français : http://www.amazon.fr/dp/B008CTJTZS ou http://www.amazon.com/dp/B008CTJTZS


              


Mapamundi en Espagnol : http://www.amazon.fr/dp/B008BX2W9K ou http://www.amazon.com/dp/B008BX2W9K disponible
aussi en papier.


 

Joelle 29/08/2011 16:33



Ah, les petits pois anglais ... je n'y aurais pas pensé car ce n'est pas franchement traditionnel du fish and chips (qui n'est pas un fish and chips and peas ! mdr !). Peut-être ont-ils eux aussi
entendu qu'il fallait manger 5 fruits et légumes par jour ? Par contre, j'apprécie leur cuisse "al dente" tout juste saisis à la vapeur ;) Quant à la couleur, je me dis qu'ils se vengent ainsi du
climat grisailleux ;) mdr ! Et on attend la suite avec impatience :)