La consolante - Anna GAVALDA

Publié le par Amy

La consolante« Charles Balanda, 47 ans, architecte à Paris, apprend incidemment la mort d'une femme qu'il a connue quand il était enfant, et adolescent.
« Il déchire la lettre et la jette dans la poubelle de la cuisine. Quand il relève son pied de la pédale et que le couvercle retombe, clac, il a l’impression d’avoir refermé, à temps, une espèce de boîte de Pandore, et, puisqu’il est devant l’évier, s’asperge le visage en gémissant.
Retourne ensuite vers les autres. Vers la vie. Se sent mieux déjà. Allez... C’est fini.
C'est fini, tu comprends ?»
Le problème, c'est que non, il ne comprend pas. Et il n'y retourne pas, vers la vie. Il perd l’appétit, le sommeil, abandonne plans et projets et va essayer de comprendre pourquoi tour se fissure en lui; Et autour de lui. Commence alors un long travail de deuil au bout duquel il est obligé de se rendre à l’évidence : l’échelle de cette vie-ci est illisible et il faut tout rebâtir.» 

Voilà, j'ai fini La Consolante. J'attendais ce livre depuis environ trois ans et demi, c'est-à-dire depuis que j'ai refermé Ensemble, c'est tout. Le problème, c'est que j'ai été déçue. J'avais envie de magie, d'alchimie entre les personnages, de sentiments du quotidien, de l'essence-même du style gavaldien (gavaldesque ?). Malheureusement, je n'ai rien retrouvé de ce qui m'avait plu dans ces ouvrages précédents. Les personnages ne sont pas consistants, on n'a pas envie de compatir, on a plutôt envie de les secouer pour qu'ils réagissent. Il m'a été difficile de rentrer dans l'histoire : on ne sait pas  de qui on parle, de quoi, qui sont les interlocuteurs de la conversation. Non, j'exagère à peine. Les caractères ne sont pas assez creusés pour qu'on se les approprie, pour les faire nôtres et avoir envie de les voir évoluer et grandir.

L'écriture n'est pas aussi maîtrisée qu'on pourrait s'y attendre. J'ai trouvé ennuyeux que les pronoms personnels sautent régulièrement. Je sais, c'est un procédé narratif. Mais est-on obligé d'user du même procédé narratif pendant des pages et des pages ? De faire des phrases très courtes et d'aller à la ligne pour commencer la suivante ? Cela rend la lecture hâchée, pas très facile à suivre.

Bien sûr, il y a quelque bons moments : le personnage de Kate est très vivant, on a forcément de l'empathie pour une femme comme elle. Au début du roman, Charles fait une description des ses soeurs et de leurs maris qui vaut son pesant de cacahuètes. On est ému de la relation qui se tisse entre Charles et sa belle-fille. Mais tout cela reste en surface et on n'a pas envie de faire l'effort d'aller creuser.

J'ai une théorie bien à moi : j'ai adoré Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part, beaucoup moins Je l'aimais, j'ai craqué pour Ensemble, c'est tout et très peu pour La consolante. Un sur deux. Parions que le prochain roman d'Anna Gavalda soit du meilleur cru. En même temps, je suis nulle en maths, ne m'en veuillez donc pas si je me trompe, chers Bérénice Addict...

Publié dans Critique d'oeuvre

Commenter cet article

Géraldine 02/01/2009 18:27

Bonsoir !je l'avais emprunté à la bibliothèque car j'avais adoré Ensemble c'est tout, que j'avais dévoré sans m'arrêter. Mais pour la Consolante, j'ai été incapable de poursuivre ma lecture, je me suis ennuyée, j'ai trouvé le style laborieux, les personnes ennuyeux. J'ai donc choisi de refermer ce livre, malgré tous les efforts entrepris pour tenter de le terminer. Dommage ... !

Une page par jour 17/09/2008 17:15

Déçu aussi.En fait, mon problème fut dans l'histoire de Charles et de Kate. Ils se sauvent mutuellement. C'est très beau, mais c'est dommage que tout cela s'achève en une histoire d'amour bien banale, somme toute.Question plus littéraire : Bérénice, c'est la Bérénice de Jean Racine, ou celle d'Aurélien de Louis Aragon.S'il vous plait : délivrez-moi de ce mystère, chère Bérénice!

Béa 18/05/2008 12:47

j'ai lu ce roman en 3 jours. C'est vrai que ça ressemble à du GAVALDA : personnages attachants,style fluide, des échanges captivants entre les personnages mais bon même si les ingrédients apparaissaient tous là...ce roman est un peu décevant car peut être trop dilué, trop peu crédible..???mais j'étais scotchée, il fallait que je le lise, j'ai été très curieuse et je ne me suis pas ennuyée du tout, ça c'est la touche du chef GAVALDAGAVALDA on l'aime même si on reste sur notre faim pour cette fois.

franoise 04/05/2008 22:48

comme vous j'ai eu beaucoup de mal à commencer,je l'ai laissé ;j'étais désorientée  puis il ya eu un déclic et je n'ai plus laché le livre depuis hier 15 heures et je viens de le terminer à22h30 ;il faut un temps spécial,une parenthése rejoindre les personnages comme des acteurs de notre vie  ;que nos sensibilités collent à celle du livre  pour  le sentir ,je dirai le vivre.Trés dommage de ne pas le lire ou de ne pas le vivre c'est selon...

uncoindeblog 23/04/2008 13:58

Bon à priori les mêmes impressions que toi sur ces premiers livres donc je ne vais pas ruer vers cet achat. Je vais attendre 5-6 mois (plus ne me fait pas peur) qu'il soit dispo en bibliothèque. Au moins si je suis déçue ce sera indolore pour mon porte monnaie et avec beaucoup moins de regrets. Merci Amy ;-)