La petite Arabe - Alicia ERIAN

Publié le par Amy

La petite arabe"Parce que je plaisais trop à son petit ami, ma mère m'a envoyée habiter avec Papa. " Nous sommes à Houston (Texas), au début de la première guerre du Golfe. Jasira n'a que treize ans mais elle est déjà une femme, à en juger par l'effet qu'elle produit sur les hommes. En particulier sur son voisin, un " patriote " qui a l'âge de son père et laisse traîner des numéros de Playboy sur la table basse du salon. Mais tout cela n'est rien à côté des remarques que lui attirent sa peau mate et son type oriental. Embarrassée par un corps dont les réactions lui échappent, tyrannisée par son père, agressée par son entourage, Jasira est perdue. Tout le monde cherche à la manipuler. Tout le monde, sauf Melina, qui se refuse à la traiter en objet. 

Je vous préviens, cela fait longtemps que j'ai lu ce roman, donc mes impressions seront moins fraîches qu'au début. Je n'ai rien publié avant, car je n'y arrivais pas, mais il faut s'y résoudre, sinon je n'aurai bientôt plus aucun souvenir de cette lecture. Enfin, plus aucun souvenir, si, une impression diffuse de malaise qui s'installe au fil de ma lecture. Comme le dit le résumé, Jasira est envoyée chez son père parce qu'elle plaît trop au petit ami de sa mère. Pas cool comme situation ! En plus, quand elle arrive chez son père, celui-ci n'a aucune envie de s'embarrasser d'une adolescente de treize ans. Il lui interdit de fréquenter les Noirs, refuse de lui acheter des tampons hygiéniques (tant qu'elle n'est pas mariée, elle doit se contenter de serviettes !) et ne veut pas qu'elle décore sa chambre avec des posters, des images ou des bibelots personnels. Pour gagner un peu d'argent de poche, elle fait du baby-sitting chez ses voisins. Malheureusement, le père de famille n'est pas un ange et serait même plutôt pervers. 

Tout dégénère quand le père de Jasira, qui est exécédé par le comportement de sa fille, qui n'a pourtant rien de problématique croyez-moi, se met à la battre. Fatiguée de subir l'humeur des adultes qui l'entoure, Jasira fuit chez ses voisins qui vont la protéger du monde extérieur.

J'ai lu ce roman très vite, pressée de me débarasser du sentiment qui m'envahissait insidieusement et qui me mettait franchement mal à l'aise. Il y a beaucoup de sexe dans ce livre, et ce n'est pas ce qui me dérange, mais le fait qu'il mette en scène une adolescente dont tous les adultes profitent au lieu de la protéger m'a profondément dérangée. Le style est agréable, quelque peu novateur, mais le fond l'est beaucoup moins. Intéressant à découvrir, parce qu'on ne peut pas toujours rire en lisant, mais troublant, je vous conseille ce livre uniquement si vous êtes en forme.

Publié dans Critique d'oeuvre

Commenter cet article

Fanny 20/11/2007 21:26

Je viens juste de le terminer, et je t'avoue ne pas reconnaitre ce que je viens de lire dans ton commentaire. Oui, on est mal à l'aise, mais c'est la personnalité de Jasira qui pose problème. Elle agit en fonction de l'autre, et cela apparait très clairement dans ce roman écrit à la première personne.Moi je le recommanderai sans problème.Bonnes lectures !

Stephanie 13/09/2007 21:24

un livre qui ne sera pas listé dans ma lal