Un heureux évènement - Eliette Abécassis

Publié le par Amy

Un heureux événementDésormais ma vie ne m'appartenait plus. Je n'étais plus qu'un creux, un vide, un néant. Désormais, j'étais mère. " Violent, sincère, impudique, le nouveau roman d'Eliette Abécassis brise les tabous sur la maternité, cet " heureux événement " qui n'est peut-être qu'une idéologie fabriquée de toutes pièces.

N'ayant pas moi-même d'enfant, je n'ai qu'une vue partielle du propos ici développé. Je ne sais pas ce que c'est de ne plus pouvoir rien faire parce que l'on est entravé dans ses mouvements par son gros ventre, je ne sais pas combien on peut vite devenir fou à cause du manque de sommeil, et je ne sais pas ce que c'est d'être privée de lecture pendant plusieurs semaines parce qu'un bébé demande énormément de temps et qu'on ne fait plus que s'occuper de son enfant. Du coup, j'ai encore une vision angélique de la procréation, du petit être qui débarque dans votre vie, tout ça ne peut être "que du bonheur" (comme dirait une animatrice télé que je ne supporte pas. Indice : son nom de famille est aussi le nom d'un animal associé à la couleur rose). 

Par conséquent, je ne sais pas si Eliette Abécassis a vraiment exagéré les choses où si sa narratrice reflète fidèlement l'état d'esprit d'une jeune mère de famille. Est-ce que tous les couples sont condamnés à se séparer à plus ou moins longue échéance après la naissance d'un enfant qu'ils ont bien souvent espérés ? Est-ce que toutes les mères doivent rester cloîtrées chez elle en attendant que l'enfant grandisse ? Doivent -elles cesser toute activité professionnelle parce qu'elles ne trouvent pas de mode de garde ?

J'ai assez aimé la forme de ce roman. Eliette Abécassis écrit bien, elle s'attache au parcours de son héroïne sur une durée assez longue pour que ce soit intéressant. Mais le fond m'a dérangée, sûrement parce que ma vision de la parentalité est trop angélique. Tout de même, je n'ai pas envie de choisir entre faire un enfant et  exercer mon métier. Je sais, ce sont les réalités de la vie mais bon, je n'ai pas étudié tout ce temps pour rester à la maison une fois que j'aurai un enfant.

De toute façon, ces considérations sont veines, parce que pour faire un enfant, il faut le papa...

Publié dans Critique d'oeuvre

Commenter cet article

So 26/09/2007 20:27

Salut Amy, j'ai chroniqué ce bouquin il y a peu de temps, je n'avais pas du tout aimé la vision de la maternité d'Abécassis. A l'époque, je n'avais pas d'enfant, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui et mon opinion n'a pas changé concernant ce bouquin : c'est le récit d'une petite fille gatée qui n'avait sans doute pas mesuré l'importance du choix qu'elle faisait et a mal vécu à la fois sa grossesse et ses débuts de môman parce que cela impliquait qu'elle arrête de ne vivre que pour son nombril... Peu intéressant ;-))

mer-lointaine 09/09/2007 01:14

Aah voilà un livre que j'ai vais surement lire une fois que j'aurai fait mon passage dans une librairie. Merci de nous en parler Emy.Sujet très interessant  et d'actualité par rapport au renouveau du mariage actuel et des couples qui font des enfants , de plus en plus jeunes. C'est un sujet qui m'interesse et de ce que j'en est déjà entendu dire  ma perception sur le thème abordé y trouvera peut-être un certain echo...  si je crois en l'amour je n'ai jamais cru  au prince charmant comme on aime embobiner des femmes dès qu'elles sont petites filles. (nooon pour dire cela je ne suis pas la pauvre fille desesperée lol, et je n'ai jamais vécu jusque là de coups "dur"). Mais j'ai su mettre de côté mes illusions d'enfants  en regardant la réalité en face: Un homme est un homme et ne vit  sa sexualité ou sa vie sentimentale de la même façon que nous les filles. et c'est souvent trop ce qu'une femme oublie.Quand  l'envers du décor est justement dévoilé,  et qu'on ne s'en tient pas qu'à  ce q'un couple veut bien nous montrer au premier abord, effectivement ce n'est vraiment pas rose... et il y a me parrait-il un côté trèees hypocrite face à la maternité, et ce qui est dit superficiellement de la venue de l'enfant dans le couple. Ce sont des sujets qui pourraient encore faire couler beaucoup d'ancre face à la différence des opinions et des perceptions de la réalité ou du vécu. Mais cela ne doit sûrement pas empêcher d'y croire en l'amour. . l'espoir fait vivre. (mille excuses si ce message peu parraitre un peu trop long ^^")

Delphine 07/09/2007 23:02

Je n'avais pas vraiment aimé ce livre. Sur le même thème, j'avais lu "Le bébé" de Marie Darrieussecq qui m'avait davantage plu.

fashion victim 06/09/2007 20:51

C'est très joli tout ça (le blog, hein)! Le bouquin d'Abécassis avait fait couler de l'encre (chez Tamara, il me semble). Avoir des enfants ça change la vie et ça prend du temps c'est vrai et c'est vrai que ne plus dormir ça peut rendre irritable... Mais je n'ai jamais autant lu que quand ma fille était petite et que je l'allaitais : elle passait son temps scotchée à mon sein et moi mon temps à lire (c'était le temps béni où je lisais un livre et demi par jour...)! Ce genre de roman a le mérite de mettre les pieds dans le plat : oui la maternité ce n'est pas toujours rose, mais il ne faut pas exagérer non plus!

Emeraude 06/09/2007 18:41

je suis sûre que si tu relis ce livre une fois que tu seras maman, ton regard sera complètement autre. C'est certain.En attendant ça peut faire rêver ou se poser les bonnes questions, non ? Enfin je dis ça, mais je suis dans la même situation que toi alors... je ne lirai pas ce livre tout de suite ;-)