Allô, Maman ? Je suis coincée dans le Channel Tunnel...

Publié le par Amy

Cet été, j'avais décidé de partir en vacances. Je veux dire, vraiment partir, pas seulement transumer de l'Ouest à l'Est de la Bretagne, mais bien partir vers une destination exotique et inconnue. J'ai travaillé dix dimanches, le maximum autorisé, épargné l'argent de mon anniversaire, Pâques... et j'ai passé quatre jours à Londres. Enfin, deux jours et demi sur place et une journée et demi de voyage. On ne se moque pas, dans l'oreillette, je ne prends PAS l'avion. Oui, j'ai pris le train, Saint-Malo-Paris, Paris-Londres, c'est vite fait, je vous assure !

 

Pourquoi Londres ? Je voulais partir à l'étranger, Berlin en train, c'est trop long et trop cher, les pays Scandinave, n'en parlons pas, l'Espagne ne m'attire pas du tout... Londres donc, une capitale cosmopolite qui envoyait ses lumières jusqu'à moi et me disait "Amy, Amy, viens, je t'attends... En train ? Ben oui, si tu veux, je m'en fiche de ton moyen de transport moi. Allez, arrête de faire ta chochotte et ramène tes fesses maintenant !"

 

Je suis donc partie le 7 juillet au petit matin (merci papa de t'être levé pour me conduire à la gare), sac au dos, valise rose à la main, et aussi avec un peu les pétoches de passer sous la Manche, même dans un tunnel. N'ayant pas de relations privilégiées avec un ingénieur chargé de la maintenance du tunnel, j'étais bien obligée d'y aller en confiance.

 

Quand je suis arrivée à la gare Montparnasse, comme d'habitude, je me suis souvenue pourquoi j'avais voulu à tout prix rentrer en Bretagne à l'époque où j'habitais la capitale. J'ai essayé de me calquer sur le pas des autochtones, mais de toute façon, j'étais repérée. Imaginez la dégaine : lunettes bleues, chemise rose-rouge, valise rose... impossible que je sois Parisienne ! Dans le métro, ligne 4, les regards noirs des passagers habituels qui voient d'un mauvais oeil arriver de pauvres hères suants et transportants des tas de bagages. Gare du Nord, déjà un petit quelque chose de Londres, l'excitation qui monte. A la douane, je me fais un copain : le Britannique qui contrôle ma carte d'identité m'interpelle : "Oh, Saint-Malo, I was in Dinard yesterday. Saint-Malo, it's beautiful, isn't it ?". Quelqu'un de sympathique, merci petit Jésus ! J'ai bafouillé des remerciements, il m'a souri, et ce fut le premier Britannique d'une longue série qui a égayé mon voyage.

 

En montant dans le train, j'ai vérifié que mon lecteur MP3 était bien chargé, et j'ai essayé d'avoir l'air coooool. Je me suis endormie tout de suite (levée depuis 4h30 du matin, on m'excusera). Chouette, je ne verrai pas le tunnel. Et bien si. Je me suis réveillée juste à temps pour voir le panneau qui en annonçait l'entrée. Pour couronner le tout, nous sommes restés bloqués à l'intérieur, un peu trop longtemps à mon goût. Et puis, enfin, Londres. La gare Saint Pancras. Ma tenue bigarée étonne toujours autant. Tant pis.

 

Ma première mission, c'est de me procurer une carte de transport. J'ai essayé de me renseigner en France, mais je n'ai rien compris au système londonien. Dans la file d'attente qui serpente devant moi, je repère des Françaises qui ont l'air à l'aise. Malheureusement, elles n'en savent pas plus que moi. Quand enfin mon tour au guichet arrive, n'écoutant que mon courage, je demande conseil à un guichetier épuisé mais stoïque face à une froggy désemparée. Désormais armée de mon précieux sésame, je pouvais aller déposer mes bagages à l'hôtel, direction Stratford.

 

J'avais pris le soin d'imprimer un plan du quartier entre la station de métro et l'hôtel. Mais comme rien ne se passe jamais comme prévu, je suis arrivée dans un champ de bataille : plus de plaques avec le nom des rues, tout autour de moi, des travaux à perte de vue. Au secours !!! Help !!!!!!!!!

 

Comment Amy va-t-elle s'en servir ? Va-t-elle devoir dormir dans la rue ? Se déplacer avec sa valise rose tout au long de son périple ?

 La suite au prochain épisode !

Publié dans Blablabla

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mireille 12/08/2011 18:00



ouh! en relisant mon message,je tombe sur une faute énorrrrme!



Lulu 12/08/2011 17:26



Un jour et demi de voyage ?! Quel courage ! Déjà une demie-journée je sature alors plus n'en parlons pas. ^^


Vivement la suite ! :)



Mireille 11/08/2011 13:28



Si j'écris"enfin!",je me fait hacher menue !!


Mais,bien contente de te lire.



Amy 12/08/2011 13:42



Je ne te hâcherai pas menue, mais attention quand même !


Je reparle de livres bientôt Mireille, ne t'inquiète pas.



Joelle 11/08/2011 09:39



Ce n'est pas moi qui vais te reprocher de prendre le train et pas l'avion ... je fais pareil ;) Et Londres, avec la préparation des JO de 2012, c'est normal que ce soit en travaux partout mais
cela ne facilite pas la balade ! Et encore, tu as évité les émeutes !!!!



Amy 12/08/2011 13:41



Je n'avais pas pensé aux J.O... quiche que je suis ! Par contre, quand je vois les scènes d'émeutes, je me félicite d'être partie en juillet, même si je n'y suis
pour rien !


Tu as peur de l'avion toi aussi ? Copine !



Orchidee 10/08/2011 12:17



... euh je ne sais même plus écrire mon pseudo, l'effet du cidre à retardement ??



Amy 12/08/2011 13:44



Même moi je ne suis pas saoûle avec le cidre, et pourtant il ne me faut pas grand chose. Une demi-coupe de champagne et adieu Amy !