La chambre d'Albert Camus - William REJAULT

Publié le par Amy

En quarante-six nouvelles, Ron brosse le portrait de son métier d'infirmier. Un métier intransigeant, ingrat mais passionnant.

J'ai bien aimé ce recueil, même si j'ai regretté leur brièveté pour la plupart. Le style est ciselé, les mots heurtent, savent exprimer la rudesse des situations. Même si l'exergue précise qu'il s'agit d'une oeuvre de fiction, j'ai eu le sentiment d'apprendre beaucoup sur l'état de la santé en France aujourd'hui. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le constat est alarmant. Le plus effrayant pour moi concerne les hôpitaux psychiatriques. Lisez plutôt :

"Le grand con frisé me pousse vers l'avant et donne un coup de pied dans la couverture marron.
- Lève-toi feignasse et explique à ce puceau de la psy ton problème, il connaît rien aux malades mentaux, montre-lui ce que c'est qu'un psychotique".

J'étais effarée devant cette scène ! Je ne me permets pas de juger, ce serait déplacé, mais on se demande parfois qui est le plus fou des deux, du malade ou du soignant.

Même si l'envie de faire réagir et d'ouvrir les yeux aux lecteurs est très présente derrière chaque nouvelle, il s'agit avant tout d'un bon moment de lecture qui vous fera changer de regard sur le monde médical. A ne pas lire en cas d'hospitalisation / de passage d'un infirmier à votre domicile / de visite médicale professionnelle... ne remuez pas le couteau dans la plaie inutilement.

"Ca me dépasse , moi, les gens qui meurent.
C'est vraiment inutile, la mort, c'est ridicule, ça sert à rien."

Merci à tous les Ron qui s'occupent de nous et qui trouvent que "la mort, c'est ridicule".

William Rejault, La chambre d'Albert Camus, J'ai Lu, 2008

Publié dans Critique d'oeuvre

Commenter cet article

sylvie 06/12/2009 17:54


un métier à bien des égards difficile. Quelle énergie pour avoir en plus tenu ce blog !
j'ai franchement bien aimé cette lecture aussi:)


Daniel Fattore 15/09/2009 13:24

Je me souviens de l'avoir commenté, celui-là... et bien aimé! http://fattorius.over-blog.com/article-24321124.htmlCela donne un regard différent sur la profession d'infirmier, un peu noir, un peu décalé... A noter que l'auteur a publié un autre livre - apparemment la suite - sous le titre "Quel beau métier vous faites!".

Diane 22/02/2009 21:56

quel plaisir de revenir sur ton blog, ta petite plume (ou souris) aiguisée et drôle me rappelle que la vie vaut la peine d'être lue!!!!!! Ps: quel couillon ce henri! c'est un de tes malchanceux adversaires au jeu de J.L sans doute.

EUPHRASIUM 08/02/2009 21:05

Bonjour,
Je soumets  mon roman à votre critique.
https://www.zizole.blogs.psychologies.com/EUPHRASIUM
"Emma ou la rage de vivre"
Editions Amalthée.
 
Référencement en cours. Pour ceux qui le désirent: commande possible déjà à la FNAC.
Voir lien ci-dessous.
http://livre.fnac.com/a2620536/E-Calmont-Emma-ou-la-rage-de-vivre?OriginClick=yes
http://www.fnac.com/redir/emailing.asp?PRID=2620536
 
« Ils disposaient d’eau et d’une étendue de terre. De quoi avaient-ils besoin d’autre pour vivre ? Mais rien, absolument rien pour le moment. »
Emma à neuf ans. Avec ses joies et ses questionnements sur la vie, elle mène une existence au cœur d’une rizerie, en compagnie de ses camarades. De l’école à l’église, sans oublier les fêtes au village, camaraderie, amitié, solidarité, combativité dans le respect sont peintes comme des armes inoffensives et indispensables au bonheur ! Emma ou la rage de vivre s’ouvre sur un hommage aux ancêtres. Dans cet ouvrage, humanisme et optimisme sont mis en valeur , il s’agit d’une véritable philosophie de la vie.
 
Résumé:
Le passé dessine les contours du futur. Ainsi l’histoire ici racontée dans Emma ou la rage de vivre s’ouvre-t-elle sur un hommage aux ancêtres.  En 1624, un groupe d’hommes, fuyant des guerres, s’élance à la recherche de terre pour construire un village de paix et d’unité.
De ces ancêtres audacieux et acteurs de leur vie, naît Emma dix-sept générations plus tard. Héritière de ce passé de braves hommes, dotée d’une curiosité à toute épreuve, Emma nous est présentée dans sa relation à la vie.  Emma et ses camarades s’approprient le monde des adultes et évoluent à leur aise. A la rizerie, aux fêtes du village, au bal des collégiens, au marché, à l’école, dans les grands événements de la vie telles la maladie, la mort, Emma et ses amis sont sous nos yeux, toujours comme des acteurs selon leur degré de compréhension. Rien ne les freine. Dans leur monde, on peut parler même aux oiseaux. Oui, tout devient possible avec Emma et ses camarades. Les pluies diluviennes qui les gardent à l’école pour une nuit sans crier garde, donnent lieu à des mises en scène de joie. Et tous sont entraînés dans de tels élans quelles que soient les circonstances.
Des enfants, mais des enfants tout à fait raisonnables comme des adultes, on dirait. Emma nous mène dans un monde d’éveil et émerveillement  en toute chose. Et la curiosité, l’amitié, l’émulation, la joie, le respect de l’autre … donnent accès au bonheur immédiat. L’émerveillement et la curiosité qui animent ces enfants semblent prolonger ce bonheur dans le futur. En cela, Emma ou la rage de vivre est un ouvrage axé sur l’humanisme et l’optimisme. Les aptitudes à ces valeurs se retrouvent ou en tout cas, sont accessibles aux enfants de tous les pays. Aussi pouvons-nous dire que Emma ou la rage de vivre est un ouvrage résolument tourné vers le futur et sur le monde.

Karine :) 07/02/2009 00:48

Je suis bien contente qu'il soit réédité celui-là (il me semble qu'il l'avait déjà été et qu'il était épuisé"... je suis bien curieuse...