Le monologue shakespearien

Publié le par Amy

Une fois n'est pas coutume, j'ai décidé aujourd'hui de vous parler de musique. Hier soir, j'étais à l'Olympia pour assister au concert de Vincent Delerm. C'est la première fois que j'allais dans cette salle parisienne (ben oui, pas d'argent, pas l'occasion, pas le déclic de regarder la programmation sur Internet). Les billets étaient vendus à un prix très abordables et j'ai tous les albums de Vincent Delerm, donc c'était l'occasion ou jamais. J'étais très bien placée, au cinquième rang dans l'orchestre, pile dans l'axe du regard du beau Vincent. Je ne me fais pas d'illusion, il ne m'a pas vue, mais moi, je le voyais super bien !

Hier soir, je n'ai pas assisté à un concert mais à un spectacle : effets de lumière, mise en scène, tout était réussi. Vincent a chanté trois titres inédits, dont un m'a fait pleurer. Et puis, tout s'est emballé : sans savoir comment, on en était déjà à la moitié du spectacle, dixit l'artiste qui, pour laisser ses musiciens souffler un peu, nous a raconté des blagues. Oui, drôles. Lors du premier rappel, une grosse surprise nous attendais : Jean Rochefort est  venu chanter "Félicie aussi". C'était incroyable, il n'a pas pu chanter pendant environ deux minutes tellement on applaudissait et on criait. Vincent est revenu sur scène, encore et encore. En tout, il a chanté deux heures, les deux heures les plus heureuses depuis mon arrivée à Paris je crois.

Je n'ai qu'un regret : je n'ai partagé cela avec personne. J'étais seule au concert, je n'avais pas une amie, un parent ou un amoureux vers qui me tourner, personne qui m'aurait dit "Il est incroyable ce type !". Je n'avais personne à la sortie du concert pour me dire "On a passé une super soirée, tu ne trouves pas ?", personne avec qui décortiquer mes émotions, avec qui rire des meilleurs moments du concert. Ce qui m'a immédiatement plongée dans la vacuité de mon existence : je ne fais rêver personne moi, pas comme ce mec qui s'est démené toute la soirée sur scène pour nous amuser. Je ne sais pas pourquoi, mais à chaque fois que je sors d'un concert, surtout si j'ai passé un moment formidable, je suis vaguement mélancolique, sûrement parce que ça me renvoie à ma condition d'être humain extrêmement banal, sans talent ni fantaisie. C'est embêtant, mais c'est comme ça.

Merci à Vincent Delerm, Jean Rochefort, Irène Jacob et aux musiciens d'avoir enchanté ma soirée, et m... à ceux qui se moquent de ce trentenaire talentueux.

Les jours prochains, je vous parle du festival "Etonnants voyageurs" que j'ai visité ce week-end et je vous fais un compte-rendu du livre de Cathy Kelly.

Publié dans Blablabla

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Caro[line] 12/06/2007 21:38

Amy Amy, Amy ! Ah la la ! Bon, ok, tu as raison, difficile d'envoyer un message comme ça sur ton blog MAIS plusieurs choses :
1. Je participe à des dîners livres échanges sur Paris (va sur mon blog pour trouver des infos). Tu pourrais te joindre à nous et ainsi faire la connaissance de gens ! Je sais ce que c'est d'être timide ! Mais l'avantage de ce genre de dîner, c'est qu'on a une passion commune, la lecture, et donc ça donne déjà des sujets de conversation. Ensuite les choses se font naturellement !
2. Je suis en train de voir pour organiser un pique-nique entre blogueurs et blogueuses, courant août, sur Paris. Tu es bien sûr la bienvenue ! Pour le moment, la date n'est pas encore fixée. Mais dès que ce sera fait, je lancerai l'invitation sur mon blog !
3. Si tu es motivée, j'ai déjà rencontré quelques blogueuses parisiennes et j'espère les revoir bientôt pour un dîner par exemple. Peut-être pourrais-tu te joindre à nous !!!
J'espère avoir bientôt de tes nouvelles ! Et n'hésite pas à m'écrire par mail aussi. :o)
PS : Je sais ce que c'est que de débarquer quelque part où tu ne connais personne, c'est pour ça que je suis si insistante pour te faire rencontrer des gens. :o)

Caro[line] 31/05/2007 22:06

Je n'aime pas Vincent Delerm, mais je suis sure que le concert était génial et que tu as du passer un très bon moment ! C'est vrai que c'est dommage que tu n'es pas pu partager tes émotions en sortant du concert, mais tu l'as fait un petit peu avec nous sur ton blog. :o)Pour un prochain concert, n'oublie pas que tu n'es pas seule à vivre en région parisienne (oui oui, je parle de moi et de plein d'autres blogueuses) !

Amy 02/06/2007 16:22

Toujours un message optimiste de la part de Caro[line], ça contrebalance mon côté obscur !
Merci pour l'invitation, mais je n'oserai jamais dire à la cantonnade : Et oh les êtres humains qui se cachent derrière leur écran d'ordinateur, est-ce que quelqu'un est prêt à se dévouer pour venir à un spectacle avec une pauvre fille qui n'a pas de relation à Paris alors qu'elle y habite depuis 15 mois ? C'est limite quand même, je ne veux pas faire peur aux gens. Mais bon, peut-être qu'il y a des gens dans ma situation, et alors là, ça vaut le coup d'essayer !
Merci du conseil Caro[line]

Emeraude 31/05/2007 17:07

Je dois dire que je comprends parfaitement ton sentiment quand à la solitude.Moi, je ne supporte pas ça. J'ai 3 frères et soeurs dont une jumelle ;-) et on est tous proches. Aujourd'hui, ce sentiment de peur de solitude s'efface car je fais un gros travail sur moi, et le blog est une solution miracle (enfin, un moyen miracle plutôt)Tu vois, la semaine dernière, je suis allée au concert de justin timberlake avec ma soeur jumelle justement.  C'est pas le même type de musique (je ne connais pas du tout vincent delerme, mais tu m'as donné envie de le découvrir) et je me suis dit en sortant que rien n'aurait été pareil si je n'avais pas partagé ça avec ma jumelle.Alors je te comprends à 100%

Amy 02/06/2007 16:12

Tu as de la chance d'avoir une soeur jumelle, qui a les mêmes goûts que toi visiblement. Moi, j'ai un frère, il a trois ans de moins que moi. Il est encore étudiant donc il ne peut pas tellement se libérer pour venir voir un concert à Paris (vu le prix du billet de train en plus, ce n'est pas possible). Mais quand on est ensemble, on passe de super moments. Hier soir, on a déliré par webcam interposée. Quand je saurai me servir de cet engin de malheur, je pense que ça sera un peu poins dur.