Du bout des doigts - Sarah Waters

Publié le par Amy

Du bout des doigtsDu bout des doigtsA la demande de Kalistina, je vais vous parler du troisième roman de Sarah Waters, Du bout des doigts.

Sue Trinder est une orpheline de bientôt dix-huit ans. Elle habite les bas fonds de Londres, parmi les voleurs et les receleurs. Un jour, elle est choisie par Gentleman, un élégant filou, pour escroquer une riche héritière, Maud Lilly. Elle aussi est orpheline, et elle est élevée par son oncle dans un manoir lugubre à l'écart du monde. 

Comment vous dire l'émotion ressentie à la lecture de cet ouvrage ? Je disais dans l'article intitulé "Bilan de l'année 2006 - troisième partie" que ce livre était devenu mon roman préféré. Tout est fait pour envoûter le lecteur : l'atmosphère sombre de l'Angleterre victorienne, les deux héroïnes dont la relation est ambigüe, les étranges travaux de l'oncle de Maud. L'écriture est agréable, et l'intrigue n'est pas en reste. Au début, l'histoire s'écoule presque tranquillement, on ne sait pas où tout ça va nous mener, on s'installe dans le récit, et puis l'auteur en décide autrement, et tout bascule. Le mieux, c'est que j'ai lu Caresser le velours, et même si c'est un peu plus mièvre peut-être (je n'aime pas ce mot, mais je n'en trouve pas d'autre), c'est super bien écrit et très dépaysant. 

Pour vous donner envie, le premier paragraphe de Du bout des doigts :

En ce temps-là je m'appelais Susan Trinder. Les gens me disaient Sue. Je connais l'année de ma naissance, mais pendant longtemps j'ai fêté mon anniversaire à Noël, faute de savoir le jour. Je suis orpheline de père et de mère, autant que je sache. Ma mère en tout cas est bien morte. Je ne l'ai jamais connue, je ne me souciais pas d'elle. J'étais la fille de Mme Sucksby, ou c'était tout comme, et pour me tenir lieu de père il y avait M. Ibbs, serrurier à Lant Street dans le Borough - "le Quartier", comme on disait -, sur la rive droite de la Tamise, au bord de l'eau.

L'avis de So, ici, qui est aussi enthousiaste que moi.

Je vous ai mis les deux couvertures, je préfère celle de Denoël, mais le tirage est épuisé, donc je vous propose également celle de 10/18.

Sarah Waters - Du bout des doigts - 10/18 - 2005 (pour la présente édition ; Denoël 2003)

Publié dans Critique d'oeuvre

Commenter cet article

Anjelica 25/02/2007 17:20

moi aussi, il faut que je la découvre et comme ce livre est prévu dans mon challenge, cela devrait être fait dans le courant de l'année.

Amy 27/02/2007 12:31

Bonne lecture Anjelica !
Il ne faut surtout pas se décourager devant l'épaisseur de l'ouvrage, on en redemande même quand on arrive à la fin !

kalistina 22/02/2007 14:56

Aaah enfin ça fonctionne! Hier j'ai bataillé avec over-blog et n'ai pas pu laisser de commentaire. Merci beaucoup d'avoir fait cette note, j'ai très envie de lire Sarah Waters maintenant :-))

Amy 22/02/2007 18:55

A votre service mam'zelle !
Tant mieux si j'ai réussi à te donner envie, c'est tout de même le but.

Florinette 20/02/2007 11:08

Il faut que je découvre Sarah Waters, j'ai noté ce titre suite à l'article chez So et le tien accélère mon empressement ! ;-)

Amy 20/02/2007 12:31

Oui Florinette, il faut absolument le lire. C'est une vraie émotion de lecture, un vrai moment de bonheur. Je l'ai lu pendant mes vacances d'été pour pouvoir le reprendre quand j'en avais envie, si je l'avais lu le soir après le travail (parce que contrairement aux idées reçues, le sbibliothécaires ne lisent pas sur le  temps de travail ! ), j'aurais été réellement frustrée je crois.
Il me reste deux livres de Sarah Waters à découvrir, Affinités et Ronde de nuit, et je m'en réjouis d'avance. J'essaie de résister à la tentation de les lire tout de suite, parce que je me dis qu'après, il faudra attendre les parutions nouvelles. Nous avons de la chance, Sarah Waters écrit régulièrement, et il est facile de trouver ses livres en librairie. Au début, ce n'était pas le cas, elle était cantonnée aux rayons "littérature gay et lesbienne" dans les grandes librairies parisiennes.
Bonne lecture Florinette et merci de poster des commentaires régulièrement, ça me fait très plaisir d'échanger avec toi !