La reine des lectrices - Alan BENNETT

Publié le par Amy

Après une promenade, les chiens de la Reine d'Angleterre s'égarent dans une arrière-cour de Windsor. C'est à cette occasion que celle-ci découvre qu'un bibliobus dessert le palais toutes les semaines. Un peu par hasard, un peu par politesse, la Reine monte dans le bibliobus, choisit un livre et l'emporte avec elle au palais. Elle ne sait pas encore qu'elle a mis le doigt dans un engrenage dont elle aura du mal à se défaire.

J'ai beaucoup aimé ce court roman très fantaisiste. On peut y lire des réflexions sur la lecture très instructives : Lire ? Bien sûr qu'il lisait. Tou le monde lisait. Il ouvrit la boîte à gants et sortit son exemplaire du Sun. Les collaborateurs de la Reine s'agacent de cette nouvelle passion qui lui fait négliger ses engagements, au point qu'elle se fait porter pâle afin de pouvoir lire plus longuement. Mais pour elle, il ne s'agit pas d'une tocade ou d'un passe-temps : Un passe-temps ?, dit la Reine. Les livres sont tout sauf un passe-temps. Ils sont là pour vous parler d'autres vies, d'autres mondes.
L'écriture est agréable, le propos léger, mais qui distille tout de même des vérités, des opinions sur la lecture, l'acte de lire, très intéressantes : Lire, c'est se retirer, dit sir Kevin. Se rendre indisponible. La chose serait peut-être moins préoccupante si cette recherche relevait d'une démarche moins égoïste.
On lit pour son plaisir, dit la Reine. Il ne s'agit pas d'un devoir public. - Peut-être cela serait-il préférable, rétorqua sir Kevin.

Et enfin, le clou du livre à mon sens, un passage savoureux sur Proust : Le pauvre homme souffrait le martyre, en raison de son asthme, et faisait partie de ces gens qui auraient parfois besoin de se secouer un peu. Mais la littérature n'est pas avare en individus de ce genre. Le plus curieux, en ce qui le concerne, c'est que lorsqu'il trempait un gâteau dans sa tasse de thé (pratique par ailleurs répugnante), toute sa vie passée remontait à sa mémoire. Je dois avouer que j'ai testé sa méthode, sans l'ombre d'un résultat. J'adore !

A lire absolument, pour la finesse de l'humour et la réflexion sur l'acte de lire.

Alan BENNETT, La reine des lectrices, Denoël, 2009

Publié dans Critique d'oeuvre

Commenter cet article

Isa 21/10/2009 21:56



La reine d'Angleterre version Bennett m'avait bcp plu. Ce roman est rempli de situations savoureuses 



Amy 24/10/2009 15:26



Oui et les passages sur l'acte de lire m'intéressent toujours. D'ailleurs, à venir, la critique de La grand-mère de Jade, où il est beaucoup question de
lecture.



diane 29/07/2009 23:50

j'ai trouvé ça sympa mais sans plus, je crois qu'on m'en avait trop parlé. C'est comme le cercle des éplucheurs de patate, j'ai trouvé ce roman trop plein de bons sentiments, j'en avais presque la nausée. Par contre j'ai lu un super roman Eleonore Rigby (Douglas Coupland) : une vieille fille seule et effroyablement cynique (et donc drôle) dont la vie change brutalement. Bizz

Karine :) 18/07/2009 15:56

Il y a un moment que je veux le lire, celui-là!!  Je vais attendre en poche, par contre!  Si poche il y a bien entendu.

Celsmoon 16/07/2009 22:37

Tu me donnes très envie :)