Rue des boutiques obscures - Patrick MODIANO

Publié le par Amy

Rue des boutiques obscuresUn jour de déprime, Celsmoon et moi avons passé un accord "remonte moral" : nous nous enverrions un livre de poche chaque 15 du mois. Voici donc le premier titre reçu dans le cadre de cet échange.

Guy Roland, employé dans une agence de police privée, est à la recherche de son identité. Il s'identifie à tous les hommes qu'il voit sur des photos, interroge des personnes qui auraient pu appartenir à son ancienne vie. Il suit à la trace les derniers témoins de son existence, remonte la piste de ses derniers jours à Megève, quand il était encore Pedro McEvoy. Mais qui était Pedro McEvoy ?

J'avais déjà lu ce roman de Patrick Modiano puisqu'il figurait au programme de français en seconde. Je n'avais alors pas su apprécier ce roman comme il le mérite. J'ai redécouvert une écriture savoureuse, un langue finement ciselée, qui créent une atmosphère angoissante : quoi de plus perturbant, en effet, que de ne pas savoir qui l'on est, d'être tributaire de la mémoire des autres, de leur volonté de vous aider ou non à recouvrer la mémoire ? Patrick Modiano rend parfaitement les interrogations maniaques du narrateur, sa volonté de remonter le fil coûte que coûte pour comprendre qui il était, bon ou mauvais, et ce qu'est devenue Denise, la femme qu'il aimait à l'époque. Mais de tout cela, il ne se rappelle rien. Il doit croire les autres, les témoins d'un autre temps. Et en qui peut-il voir confiance ?

Un très grand travail d'écriture, récompensé par le Prix Goncourt (1978).

Rue des boutiques obscures, Patrick Modiano, Folio, 1982


J'ai ajouté une chanson de Vincent Delerm, une des plus belles à mon sens, qui s'intitule Le baiser Modiano. Pour l'écouter en intégralité, il faut cliquer sur "pop-up", en bas à droite.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Celsmoon 12/07/2009 14:20

Heureuse qu'il t'ai fait un autre effet... je l'ai tellement aimé :)

Amy 13/07/2009 09:38


Oui, grâce à toi, j'ai pu redécouvrir ce monument de la littérature française. Merci !