La fausse veuve - Florence Ben Sadoun

Publié le par Amy

Chers Bérénice addict, je vais vous parler aujourd'hui d'un livre qui fait partie de la rentrée littéraire. Il s'agit du premier roman de Florence Ben Sadoun, journaliste de métier, à paraître chez Denoël. Je dois dire que j'adore les livres publiés chez Denoël en général, même si je lis plus les parutions étrangères que françaises, et notamment celles de Sarah Waters, mon auteur préférée. Voici le résumé de la quatrième de couverture :

"Aujourd'hui je suis plus vieille que toi alors que j'avais neuf ans de moins que vous..." Ainsi commence La Fausse Veuve. Tutoyant et vouvoyant dans la même phrase son amant disparu, l'héroïne lui raconte, et nous raconte, dix ans après, l'histoire qui leur a été volée. Ce que furent leur amour, leurs moments de bonheur, et aussi le désespoir, leurs muets tête-à-tête à l'hôpital quand, victime d'un grave accident cérébral, il s'écroule, et se réveille paralysé et privé de parole."[...]

Pour tout vous avouer, je ne crois pas que cette lecture restera à jamais dans ma mémoire, d'ailleurs, je l'ai achevée il y a quelques jours et déjà, il ne me reste q'une impression, quelque chose de flou dont les contours ne sont pas très bien définis. Heureusement que j'ai pris des notes durant ma lecture. Voici ce que j'ai écrit : " le début est laborieux, la narration devient plus fluide ensuite. La lecture se fait d'une traite (en effet, les 107 pages se lisent sans reprendre son souffle). Beau dénouement, mais goût d'inachevé, on a le sentiment que tout n'a pas été dit." Vous me direz, et vous aurez raison, que taire des aspects d'une relation fait travailler l'imagination du lecteur, le rend actif, mais la relation qui est évoquée dans le roman est tellement intime, tellement personnelle, qu'imaginer quoi que ce soit est rendu très difficile par la nature-même de cette relation.

En fait, j'ai l'impression que l'auteur avait besoin d'écrire cette histoire pour s'en délivrer, et qu'elle a ensuite cherché un éditeur pour la publier, mais il y a des cas où publier une catharsis est plus que superflu.

J'ai relevé une phrase qui me paraît appropriée pour illustrer mes propos : " Si le mot hôpital a le même accent circonflexe que le mot hôtel, en souvenir de la lettre s qu'ils ont tous les deux perdue sur la route de l'évolution orthographique, le "vostre d'hospital" n'a rien d'hospitalier". C'est typiquement le genre de phrase qui me fait décrocher de la narration, qui me fait me dire, en toute modestie, que j'aurais pu écrire le livre moi-même.

Quand on pense que plus de 670 romans vont être publiés en septembre, je me permets, à mon niveau, de vous conseiller d'en lire un autre plutôt que celui-ci.

Publié dans Critique d'oeuvre

Commenter cet article

Daniel Fattore 15/09/2009 22:09

Ah - et le dernier Daniel de Roulet me laisse perplexe a priori: l'histoire est bizarre, et requiert un lexique des helvétismes. Etrange: ceux-ci figurent dans les dictionnaires, ou sont compréhensibles par le contexte...Helvétiques toujours: la Valaisanne Noëlle Revaz a publié un nouveau roman, après "Rapport aux bêtes" - que j'ai zappé par crainte de me retrouver avec du sous-Charles-Ferdinand Ramuz. Mais je ne la perds pas de vue...

Daniel Fattore 15/09/2009 22:05

J'en ai d'ores et déjà lu un ou deux; je vous recommande, entre autres, "Solo" de Michka Assayas et "Carrefour des nostalgies" d'Antoine Laurain, dans des registres très différents. "Nord absolu" de Fabrice Lardreau vaut aussi le détour, même s'il ne m'a pas impressionné tout à fait autant que les deux autres ouvrages mentionnés. Par ailleurs, je vise le dernier François Bon ("L'Incendie du Hilton" - je trouve que le titre claque bien), mais aussi "Les Séditions", paru aux éditions Leo Scheer. En ce moment même, je lis "La belle rouge" de Poppy Z. Brite, qui fait suite à son roman "Alcool"... ça promet d'être savoureux - si vous aimez la viande et l'alcool... Pour vous inspirer, je vous propose d'aller jeter un oeil sur le site http://www.chroniquesdelarentreelitteraire.com - où une bonne part des livres de la rentrée ont été chroniqués par des blogueurs. Bien du plaisir! Ah - et je n'ai pas tout à fait adhéré au propos du "Jeu de l'ange", qui est le dernier Carlos Ruiz Zafón...

Amy 18/09/2009 21:36



Je me suis servi de ce site pour préparer ma commande "Rentrée littéraire" à la bibliothèque. J'ai effectivement commandé le Zafon, "Carrefour des nostalgies"
également. Merci pour ces indications !



Daniel Fattore 15/09/2009 13:27

J'ai le souvenir de l'avoir zappé: titre peu attrayant et, surtout, accueil tiède (et c'est peu de le dire) de la blogosphère. A présent, je pense à la rentrée littéraire 2009... et il y a de jolies choses à découvrir.

Amy 15/09/2009 21:57



Quels sont les titres qui vous attirent dans cette nouvelle rentrée littéraire ?



Joelle 09/11/2008 16:29

Je suis tout à fait d'accord avec ton billet ! Cette publication a été superflue à mes yeux !

sylvie 22/09/2008 10:19

j'ai été gênée moi aussi par le caractère paradoxal de la publication de ce livre, mais malgré tout touchée par l'écriture courageuse, franche, sincère.