Le bizarre incident du chien pendant la nuit - Mark HADDON

Publié le par Amy

Le bizarre incident du chien pendant la nuit

Qui a tué Wellington, le grand caniche noir de Mme Shears, la voisine ? Christopher Boone, " quinze ans, trois mois et deux jours ", décide de mener l'enquête. Christopher aime les listes, les plans, la vérité. Il comprend les mathématiques et la théorie de la relativité. Mais Christopher ne s'est jamais aventuré plus loin que le bout de la rue. Il ne supporte pas qu'on le touche, et trouve les autres êtres humains... déconcertants. Quand son père lui demande d'arrêter ses investigations, Christopher refuse d'obéir. Au risque de bouleverser le délicat équilibre de l'univers qu'il s'est construit... 


Voilà le titre que j'ai lu pour la première rencontre du Club des Théières. J'aurais voulu parler de Ronde de nuit de Sarah Waters, mon écrivain préféré, mais je l'avais déjà chroniqué ici, et puis le but du jeu, c'est quand même de découvrir un nouveau titre. Je n'avais pas lu ce livre lorsqu'il était sorti, notamment parce que, par esprit de contradiction, je préfère laisser passer les gros phénomènes littéraires et les lire quand le tumulte se calme. SI, si, souvenez-vous, ce roman a constitué un phénomène littéraire, plus en littérature jeunesse peut-être, mais il était en pile dans beaucoup de librairies.

Après ce long prologue, rentrons dans le vif du sujet. J'ai bien aimé ce roman, j'étais contente de retrouver le héros chaque soir, d'évoluer dans son monde un peu à part. Car, de la même façon que Gilles Paris réussit à écrire comme un enfant de neuf ans pourrait parler dans son Autobiographie d'une courgette, Mark Haddon nous fait totalement entrer dans la tête d'un jeune homme autiste. Christopher est un héros très attachant, dont la vie est terriblement compliquée par des angoisses qui l'entravent. Pour autant, le récit est limpide, car tout est logique dans l'esprit de Christopher. Si, sur le trajet de l'école, Christopher voit quatre voitures jaune d'affilée, sa journée sera très mauvaise, mais s'il voit quatre voitures rouge d'affilée, sa journée sera très réussie.

Dans ce roman, on réfléchit aussi à la tolérance. Le père de Christopher a préféré lui dire que sa mère était morte plutôt que la vérité, c'est-à-dire que sa mère est partie avec le voisin à Londres parce qu'elle ne supportait plus son enfant autiste. Et quand Christopher va découvrir la vérité... Non, je ne vous le dirai pas, j'en ai déjà trop dit.

Si vous avez des enfants, je crois que ce livre est adapté à une lecture commune, c'est-à-dire que vous pouvez leur lire ce livre dans leur lit le soir mais que vous réfléchirez ensemble au thème de la différence. D'ailleurs, chez Pocket, le roman est paru pour les adultes mais aussi en collection Pocket Jeunesse.

Publié dans Critique d'oeuvre

Commenter cet article

Karine 06/11/2007 03:09

J'ai bien aimé ce livre, moi aussi!  Les raisonnements de ce jeune autiste sont très intéressants à explorer... et la numérotation des chapitres m'a bien fait rire! :)

Florinette 18/10/2007 10:27

Ce livre est dans ma LAL depuis quelque temps et j'ai bien envie de le lire, il faut que j'aille voir à la biblio !! ;-)

Eric 13/10/2007 13:06

Je voulais le lire à sa sortie mais je suis finalement passé à côté. Ton billet me fait le remettre en bonne place dans ma LAL !

Emeraude 10/10/2007 21:54

je sais que je l'ai déjà dit mais j'ai beaucoup aimé aussi!Et tu as raison, je n'avais jamais pensé au fait que des parents pouvaient en faire une lecture commune avec leurs enfants. J'y penserai peut être, quand j'aurai des enfants ;-)