Il pleure dans mon coeur comme il pleut sur la ville

Publié le par Amy

Voilà les amis, je suis rentrée à Paris dimanche après-midi après avoir passé un mois à Saint Malo, dorlottée par ma famille. Ce n'est pas le fait de reprendre le travail qui m'embête, au contraire, mais revenir à Paris par contre, ça, ça m'a fait bizarre. Je me suis retrouvée dans mes 15 m2, et je me suis écroulée en pleurs sur mon lit. J'étais en train de me dire que la veille au même moment, j'attendais impatiemment l'heure du départ pour Bécherel (notez la transition, digne des meilleurs journalistes !).

Nous sommes partis, mon père, ma mère et moi, avec chacun dans ses poches un grand sac en tissu pour y mettre nos achats. Arrivés sur place vers 19 heures, nous avons d'abord pris des forces à la crêperie du village. Cette crêperie est aussi une librairie, car dans le village certaines des librairies ont un double usage : librairie - salon de thé, librairie - fleuriste... Après notre dégustation de galettes, crêpes et cidre, nous sommes partis à l'assaut des librairies. Sur les places du village, il y avait aussi des livres : mon rêve, des livres partout ! Les rues étaient animées par des musiciens et des chanteurs, c'était très agréable. C'est d'abord ma mère qui a entamé les hostilités ; elle a rapidement trouvé son bonheur à la librairie du Donjon. Mais je l'ai vite rattrapé : j'ai trouvé "L'objet de mon affection" de Stephen McCauley et "A propos d'un gamin" de Nick Hornby. Sur la place du village, j'ai trouvé un livre contenant trois romans de Françoise Bourdin. J'ai continué de flâner sur la place et enfin, nous sommes entrés dans ma librairie préférée "Neige d'antan". Et bingo, sans chercher un titre plutôt qu'un autre, j'ai trouvé "Les roses de Guernesey" en deux tomes de Charlotte Link, "Ecoute-moi" de Margaret Mazzantini et "Prochain arrêt le paradis" de Melissa Bank. Après toutes ces émotions livresques, il était temps de reprendre des forces. Et là, j'avoue que j'ai fait une infidélité à Edith, puisque nous sommes allés dans l'autre librairie - salon de thé de Bécherel, Gwrizienn. Nous sommes ensuite repartis au son d'un orgue de barbarie. Après avoir fouillé deux ou trois librairies, j'ai trouvé "La femme du hasard" de Jonathan Coe et "... Vous avez dit Serrault ?" de Michel Serrault, parce que même si ce n'est pas très littéraire, Michel Serrault était un acteur que j'adorais et que sa mort a été un choc pour moi. 
Nous sommes repartis vers 23h15, fatigués mais heureux ! Nos sacs en tissu étaient bien remplis...

Et voilà, maintenant je suis rentrée à Paris, avec tous mes souvenirs dans la tête, qui j'espère, me tiendront chaud cet hiver. Dans cinq mois, c'est Noël, dans 10 mois 1/2 c'est mon anniversaire, et dans un an, je serai de retour à la nuit du livre de Bécherel. Mais quand même, c'est pas cool. Personne n'aurait un poste de bibliothécaire à me proposer en Bretagne ? Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. Mais oui, c'est ça...

Publié dans Blablabla

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Stephanie 19/08/2007 00:53

hellocomme l'ont déjà dit les bloggueuses parisiennes, ne t'en fait pas, il y a plein de possibilité de sorties et rencontres littéraires sur Paris. dont le diner post pique nique :)ce n'est pas la bretagne, mais il y a pleins d'autres avantages.

Delphine 17/08/2007 23:49

Caroline : je ne pense pas que je sois la Delphine à laquelle tu penses...Je suis Finette du blog Patchwork et je m'appelle bien Delphine! :)

Amy 18/08/2007 17:12

@ tous : MERCI ! Merci, merci pour vos commentaire encourageants. Je me sens mieux maintenant que j'ai repris le train-train quotidien. Et puis j'ai des projets : je déménage (toujours à Paris mais bon,...), je vais revoir mes bloggeurs préférés... Caro[line], dis-moi que tu vas bien organiser ce dîner, je t'en supplie !!! Les nouveaux romans de Jean-Philippe Blondel et d'Olivier Adam vont sortir incessamment (même si je dois attendre ma paie pour les acheter parce que là, c'est la dèche...). Je suis allée sur le site de Jos, et son idée de portail est géniale, on va pouvoir faire des échanges de livre, se rencontrer et tout et tout. J'ai hâte !@ Michel : Amy n'est pas très belle quand elle pleure (déjà d'avance elle n'est pas top). Elle a des placards rouge sur la peau, son nez qui coule et ses lunettes sont embuées, c'est une horreur ! @ Katell : Je n'avais pas pensé au CDG, et je te remercie du tuyau car j'ai trouvé une offre à côté de Vannes. Je vais tenter ma chance, on ne sait jamais. De toute façon, merci, car je vais rêver pendant quelques semaines.@ mer-lointaine : J'ai déjà posé des candidatures ailleurs, j'ai même eu un entretien d'embauche à Redon, alors imagine ma déception quand une réponse négative arrive dans ma boîte aux lettres ! Je ne désespère pas.@ Delphine : Bienvenue ! Et merci pour tes compliments !@ Flo : Oui, j'espère te voir dans 10 mois 1/2 !@ Frédérique : j'essaie de profiter à fond des librairies et de tout ce qui s'offre à moi, mais l'argent ne suit pas, du coup je ressens une certaine frustration. J'ai envie de tout... mais je me soigne !

loulou 17/08/2007 20:31

j'imagine très bien l'état dans lequel tu dois être, mais, tu aimes ton travail et cela....c'est beaucoup :)  .... de la part d'une bretonne qui t'envoie un océan  de courage :)et peut-être rdv à Becherel, l'an prochain :)

Caro[line] 17/08/2007 10:45

@ Michel : Merci pour le "extra" ! Mais surtout, c'est grâce à Jos désormais que nous allons pouvoir tous nous retrouver régulièrement sur Paris. Alors on dit tous en coeur "Merci Jos !". :-)(C'est juste pour lui mettre un bon coup de pression et être sure qu'on aille jusqu'au bout de son projet !)@ Delphine : Tu es sur tous les blogs maintenant ! ;-)(Enfin si tu es bien la Delphine que je pense...)@ Emeraude : Je ne t'en veux pas ! Mais en fait, ce dîner post-pique-nique, à la base, je l'organisais justement parce qu'Amy ne pouvait pas être des nôtres ! :-)

Flo 17/08/2007 07:30

Je suis allée à Bécherel un jour normal et j'avais été très déçue :( Surtout que les bouquinistes étaient du genre poussièreux mais lors d'une soirée spéciale ça doit valoir le coup, au moins pour l'ambiance ! Enfin, moi aussi, j'ai fait pas mal d'achats d'occase mais à Paris où tu n'étais pas vilaine !! ;-) A dans 10 mois et demi alors ?! ;-)